La ligne du temps

Date et événement important de la Nation Métisse

canoe-hopkinsLe peuple Métis émerge de la traite des fourrures. 1600
La traite des fourrures débute lors de l’arrivée des Européens dans ce qui est maintenant le Canada.

1670
La Couronne britannique octroie une charte à la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH).

1700
Les employés avec ou sans contrat avec les entreprises du commerce des fourrures fondent des familles avec des femmes amérindiennes. De nos jours, on reconnaît à la communauté métisse établie le long des Grands Lacs de l’Ontario une ethnogenèse bien distincte. Les Métis de ces régions ne conçoivent pas leur identité dans l’extension de leurs liens maternels avec les Premières Nations, ni dans celle de leurs liens paternels avec les Européens. Ils se considèrent plutôt comme un groupe séparé.

1763
La Proclamation royale reconnaît les droits territoriaux des «tribaux Indiens».

hbc-crestLe blason de la Compagnie de la Baie d'Hudson

1759
La bataille des plaines d’Abraham établit le contrôle de la Couronne britannique sur ce qui devient le Canada, mettant ainsi fin au pouvoir de la Couronne française sur ce territoire.

1763
La Proclamation royale reconnaît les droits territoriaux des Autochtones.

nwcLe blason de la Compagnie du Nord-Ouest 1812
Ce sont les batailles de la région des Grands Lacs qui ont déterminé l’actuelle frontière entre le Canada et les États-Unis. La population métisse fonde le site de ce qui est aujourd’hui Winnipeg. Lorsque le comte de Selkirk conclut une entente avec la CBH et qu’il obtient les droits sur une bande de terre, les Métis sont forcés de quitter leurs terres.

1815-1828
Plusieurs familles métisses quittent l’île Drummond pour se rendre dans les régions entourant le lac Huron, notamment à Kincardine, Owen Sound, Penetanguishene, Parry Sound, etc.

seven-oaksLa bataille des Sept-Chênes

1816
La victoire de la Grenouillère, aussi connue sous le nom de «La bataille des Sept-Chênes», a lieu près des établissements de la rivière Rouge après que la CBH ait essayé d’empêcher les Métis d’échanger du pemmican dans le Nord-Ouest. Cuthbert Grant guide l’opposition de la Compagnie du Nord-Ouest (CNO).

1821
La CBH, qui avait acquis les Territoires du Nord-Ouest l’année précédente, fusionne avec la CNO après une longue rivalité. Des mises à pied en découlent, et les employés vont s’installer dans la région de la rivière Rouge, Fort William, etc.

grant Cuthbert Grant

1832
Les familles métisses de Penetanguishene signent une pétition pour obtenir des concessions de terres dans la région.

1849-50
Les Métis et les Premières Nations établis dans la région de Sault-Sainte-Marie et le long de la rive nord du lac Supérieur s’opposent à l’intrusion de la Compagnie minière du Québec sur leurs terres traditionnelles de la baie Mica, parce qu’aucun traité avec la Couronne n’a été conclu relativement à ce territoire. Les agents de la compagnie ont cédé sans aucune résistance. Cet événement est connu sous le nom « incident de la baie Mica » et mène au traité Robinson (lacs Supérieur et Huron) entre la Couronne et les « Indiens ». Le commissaire au traité Robinson déclare qu’il n’a aucun mandat à l’égard des Métis. Le titre de «Métis», de même que les droits et intérêts de ces derniers dans le territoire demeurent non résolus.

traders Commerçants métis

1851-1875
La CBH accorde une annuité aux «Indiens» et aux «Sang Mêlé» en vertu des traités de la région du lac Supérieur, d’après les listes d’annuités de traités.

ssmPremière communauté métisse de Sault-Sainte-Marie 1867
L’Acte de l’Amérique du Nord britannique est adopté, créant le Dominion du Canada.

1869-70
Le Dominion du Canada fait l’acquisition de la Terre de Rupert. Les Premières Nations et les Métis établies sur ce grand territoire n’ont pas été consultés. Les tentatives des arpenteurs du gouvernement de dresser la carte de la région de la rivière Rouge sans tenir compte des lots appartenant aux Métis poussent ces derniers à former un gouvernement métis provisoire. L’Acte du Manitoba est promulgué, créant une nouvelle province sur la terre des Métis. L’Acte protège les droits de la langue française et celui des promesses spécifiques aux disposition de terres pour les Métis. Thomas Scott est jugé et exécuté par Riel, ce qui cause le mécontentement et la colère du Canada central. Des forces militaires sont envoyées pour faire avancer l’expansion vers l’Ouest. Le gouvernement de l’Ontario offre une prime de 5 000 $ pour la capture de Louis Riel.

riel Louis Riel

1875
Les Métis de Rainy Lake (présentement Fort Frances) ont négocié l’adhésion au traité n° 3 pour les «Sang Mêlé». Le traité n° 3 est un document originalement signé par les «Indiens», en 1873 à l’Angle nord-ouest. C’est le seul moment où les Métis sont conviés en tant que groupe dans l’un des traités historiques. Après avoir signé ce traité, le Canada ne remplit pas les conditions d’adhésion, voulant que les Métis s’identifient comme «Indiens».

dumont Gabriel Dumont 1880
Les Métis et les « Indiens » de la région du lac Nipigon réclament au Canada des droits en matière territoriale et en matière d’éducation.

1881-1885
La route ferroviaire du Canadien Pacifique est construite de l’Ontario à la Colombie-Britannique par un gouvernement canadien nationaliste. Il en résulte un afflux de colons venus s’établir dans l’Ouest canadien, ce qui change radicalement l’économie et le mode de vie des Métis des Prairies.

1884-85
C’est la Rébellion du Nord-Ouest. Menés par Louis Riel et Gabriel Dumont, les Métis de Batoche proclament un État indépendant. Après la victoire de Dumont contre la Gendarmerie du Nord-Ouest à la bataille du lac aux Canards, le Canada décide d’envoyer 3 000 soldats commandés par le major-général Frederick Middleton. Deux mille volontaires se joignent à Middleton. Les Métis et les Indiens sont forcés de se rendre. Poundmaker et Big Bear, deux chefs cris qui ont soutenu les Métis pendant la rébellion, se rendent également. Louis Riel est capturé, injustement jugé et reconnu coupable de haute trahison. On l’exécute par pendaison le 16 novembre 1885, pour envoyer un message à ceux qui contestent l’expansion vers l’Ouest.

batocheLa bataille de Batoche

1900
À la suite des événements de la Rébellion du Nord-Ouest plusieurs Métis de l’Ontario renient publiquement cette partie de leur héritage. Les familles métisses pratiquent secrètement leur culture et leur mode de vie.

1905
Les Métis de Moose Factory font une requête pour que leur droit de chasse soit reconnu et qu’on leur concède des terres.

constitution-act2L'article 35 de l'Acte consitutionnellw de 1982 reconnaît et
affirme les droits autochtones des peuples Métis, des
Premières Nations et des Inuits.
1938
Les Métis de l’Alberta sont assurer des terres, et celles-ci seront connues sous le nom «établissements Métis de l’Alberta».

d’« établissements métis de l’Alberta ».

1950-1970
Les Métis travaillent conjointement avec les «Indiens non inscrit» et autres peuples autochtones et joignent l’association de lobbying pan autochtone afin d’attirer l’attention sur les conditions de vie déplorables de leurs communautés et de promouvoir les droits et intérêts des Autochtones et des Métis non seulement en Ontario, mais d’un bout à l’autre du Canada.

1981
La Fédération des Métis du Manitoba dépose une réclamation contre le Canada et contre le Manitoba pour violation de leurs obligations fiduciaires et pour ne pas avoir respecté les promesses faites aux Métis après les événements de 1869/1870 en matière de droits territoriaux. La Cour suprême rend jugement en faveur des Métis en 2013.

powleyLa Cour suprême du Canada affirme que les Métis sont un peuple
autochtone distinct ayant des droits de récoltes protégés par la
constitution du Canada.

1982
Le traité et l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 reconnaissent et affirment l’inclusion des Premières Nations, des Inuit et des Métis. Ces derniers sont reconnus comme un des trois peuples autochtones du Canada.

1983
Les Métis débutent l’instauration d’une gouvernance qui leur est propre et dont l’objectif est de faire valoir leurs droits et intérêts spécifiques. Le Ralliement National des Métis (RNM) est créé pour représenter la nation métisse de l’Ontario et l’Ouest.

1984
Les Métis des prairies n’ayant aucune protection quant à leur terre sentent un envahissement croissant par l’arrivée des nouveaux colons.  Les Métis de Saskatchewan font appel à Louis Riel pour transmettre leur inquiétude au Canada.  Menés par Gabriel Dumont les Métis s’engage dans une bataille contre la Gendarmerie du Nord-Ouest au Lac-aux-Canards faisant douze décès. Le gouvernement fédéral perçoit ces événements comme une révolte et décide d’envoyer des soldats laissant plusieurs Métis morts. Ces évènements dramatiques sont connus sous le nom de la Rébellion du Nord-Ouest. Les Métis et les Indiens sont forcés de se rendre. Louis Riel est capturé, injustement jugé et reconnu coupable de haute trahison. On l’exécute par pendaison le 16 novembre 1885, pour envoyer un message à ceux qui contestent l’expansion vers l’Ouest.

1988
L’Entente sur la revendication territoriale globale des Dénés et Métis du Sahtu dans les Territoires du Nord-Ouest est mise en œuvre. Pour la première fois, les Métis sont inclus dans un accord territorial moderne.

media-scrumSteve Powley à la Cour Suprême du Canada le 10 septembre 2003

1993
La Nation Métisse de l’Ontario (NMO) est établie et dotée d’une structure de gouvernance spécifique pour représenter les collectivités métisses de l’Ontario. La NMO établit le premier registre centralisé des citoyens métis de la province et se joint au Ralliement National des Métis.

1993
Steve et Roddy Powley contestent les lois ontariennes sur la chasse avec le soutien de la NMO. Le tribunal reconnaît que les Powley ont un droit de chasse acquis en tant que membres de la communauté métisse de Sault-Sainte-Marie. Ils ont le droit de chasser pour se nourrir, puisque ce droit est protégé en vertu de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Les lois sur la chasse de l’Ontario ne s’appliquent pas eux en tant que Métis.

2003
À la suite du procès de Powley, la Cour suprême du Canada affirme que les Métis sont un peuple distinct Autochtones ayant des droits de récolte protégés par la Constitution du Canada. L’affaire Powley crée un précédent historique en faveur des Métis.

2004
La NMO et le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario arrivent à une entente pour mettre en œuvre les conclusions de l’affaire Powley en Ontario. L’accord reconnaît le système de carte de la NMO, lequel autorise les exploitants métis à faire des récoltes dans leurs territoires traditionnels, comme les peuples des Premières Nations.

framework
L’Entente-cadre de l’Ontario et de la NMO définit une nouvelle relation
de collaboration entre la NMO et le gouvernement de l’Ontario.

2008
Le gouvernement de l’Ontario et la NMO signent une entente-cadre reconnaissant l’histoire unique et le mode de vie des collectivités métisses de la province. L’entente définit le cadre d’une nouvelle relation de collaboration en Ontario.

2010
Le 125e anniversaire de la bataille de Batoche est célébré par toute la nation métisse. Le Parlement et les législations de l’Ontario et de la Saskatchewan reconnaissent l’année 2010 comme l’« Année des Métis ».

2010-2020
Le Ralliement National des Métis (RNM) déclare la «Décennie des Métis».