Notre Historique

Selon une publication récente de Statistique Canada, seulement 35 % de l'ensemble de la population autochtone a obtenu un certificat ou un diplôme postsecondaire, tandis que cette proportion est de 51 % pour la population non Autochtone. Alors que 23 % des non-Autochtones détiennent un diplôme universitaire, seulement 9 % des Métis en ont gradué de l’université[1]. Ces résultats mettent en évidence le besoin de créer des programmes visant à encourager les Métis à s’inscrire à des études postsecondaires et à les terminer.

En 2011, le ministère de la Formation et des Collèges et Universités a publié le document Cadre d’élaboration des politiques en matière d’éducation postsecondaire et de formation des Autochtones. Parmi les objectifs du cadre, on retrouve la volonté que les établissements postsecondaires soient de plus en plus sensibles et respectueux à l'égard des besoins des apprenants autochtones et que de plus en plus d'apprenants autochtones atteignent des niveaux de réussite en éducation postsecondaire[2]. En mars 2011, la direction générale de l’éducation et de la formation de la Nation Métisse de l'Ontario (NMO) a mis sur pied un groupe de discussion composé d’étudiants métis au niveau postsecondaire afin de discuter des besoins des apprenants métis. Les obstacles face aux études postsecondaires soulevés par le groupe de discussion sont : peu de financement, la discrimination, le manque d’aide aux étudiants, ainsi que l’absence d’espaces axés sur la culture métisse.

En plus des obstacles cernés par le groupe de discussion, on dénote des lacunes en matière d’information destinée aux étudiants métis en ce qui a trait aux services offerts. En mars 2011, la NMO a embauché l’entreprise Stonecircle Consulting pour étudier les obstacles existants à l’éducation postsecondaire des apprenants métis. Selon le rapport de l’entreprise, un tiers des étudiants métis interrogés dans le cadre de cette étude n’étaient pas au courant de l’existence de certains services scolaires, des événements culturels organisés sur le campus et des bourses et subventions offertes[3]. Même si les résultats sont loin d’être complets, ils illustrent tout de même la situation actuelle sur les campus partout en Ontario et renforcent le besoin d’établir un réseau de soutien propre à la culture des étudiants métis.

La création d’un programme visant à faciliter la transition des élèves métis vers les études postsecondaires pourrait augmenter la possibilité que les apprenants métis atteignent leurs objectifs scolaires. Infinite Reach se veut un programme cherchant à répondre aux obstacles précis relevés dans le cadre du ministère et le rapport de Stonecircle. Les animateurs d’Infinite Reach connaîtront les services scolaires, les événements culturels et les occasions de financement pour les étudiants métis. Ils serviront également d’exemples visibles de réussite postsecondaire[4].



[1] Statistique Canada, 2011. Une analyse documentaire concernant les facteurs qui contribuent au succès de la transition de l'éducation primaire-secondaire à l'éducation postsecondaire des Autochtones.

[2] Ministère de la Formation et des Collèges et Universités, 2011. Cadre d'élaboration des politiques en matière d'éducation postsecondaire et de formation des Autochtones, p. 16.

[3] Stonecircle Consulting up., 2011. Research on Effective Practices to Support Métis Learner’s Achievement and Self-Identification. p. 34.

[4] Stonecircle Consulting up., p. 22.